Taureau comme Yves Klein

Yves Klein naît le 28 avril 1928, à Nice et meurt à l’âge de 34 ans.Son père, Fred Klein est hollandais d’origine indonésienne et peintre figuratif. Sa mère, Marie Raymond, originaire des Alpes-maritimes, est connue comme peintre abstrait. Yves Klein, lui, est  peintre et judoka. Klein est surtout connu pour son bleu mythique: IKB pour International Klein Blue.

À partir de 1947, il s’intéresse particulièrement au judo, qui à l’époque est considéré comme une méthode d’éducation intellectuelle et morale visant à la maîtrise de soi et non comme un sport, et rencontre durant son apprentissage, Claude Pascal et d’Armand Fernandez (le futur sculpteur Arman).  Un jour, sur la plage de Nice, les trois amis choisissent de  » se partager le monde  » : À Armand revient la terre et ses richesses, à Claude Pascal l’air, et à Yves le ciel et son infini.

maitre

Yves Klein et maître Asami, Koshiki-no-kata, Tokyo, Japon, 1953

 

Yves Klein obtient le 4e dan de judo et accède ainsi au meilleur niveau européen. En 1954, il publie un livre « les fondements du judo ».

affiches

yves9Il recherche toute sa vie un travail pictural d’ordre spirituel, ce qui l’amène à intervenir dans l’espace public.

En 1960, Klein présente sa symphonie monoton-silence, créé en 1948. Une seule et même note continue de vingt minutes suivies de vingt minutes de silence. Pendant ce temps-là, trois femmes commencent à se badigeonner les seins, le ventre et les cuisses de couleur bleue. Elles réalisent ensuite diverses anthropométries dont la plus connue est intitulé «Anthropométrie de l’époque bleue»

«je crée vers 1947-1948 une symphonie « monoton » dont le thème est ce que je voulais que soit ma vie.

Cette symphonie d’une durée de quarante minutes est constituée d’un seul et unique « son » continu, étiré, privé de son attaque et de sa fin, ce qui crée une sensation de vertige, d’aspiration de la sensibilité hors du temps.»

Yves Klein, Le dépassement de la problématique de l’art

 

monoton

« Mon ancienne symphonie monoton de 1949 était destinée à créer « le silence-après » : après que tout fut terminé, dans chacun de nous tous, présents à cette manifestation.

Le silence… C’est cela même ma symphonie, et non le son lui-même, d’avant-pendant l’exécution. C’est ce silence si merveilleux qui donne la « chance » et qui donne même parfois la possibilité d’être vraiment heureux, ne serait-ce qu’un seul instant, pendant un instant incommensurable en durée. »

Yves Klein, Le vrai devient réalité

Selon Yves Klein, la peinture est « comme la fenêtre d’une prison, où les lignes, les contours, les formes et la composition sont déterminés par les barreaux ». Ses tableaux monochromes l’ont libéré de ces contraintes.

En 1958, Klein organise une exposition à Paris pour présenter sa couleur. À la grande surprise des visiteurs, qui sirotaient le petit cocktail de bienvenue, les murs étaient blancs et les vitrines vides. Mais au lendemain du vernissage, les gens se mirent à uriner bleu, à cause du bleu de méthylène servi dans les cocktails.

tache

yves-klein-harry-shunk-john-kender

En 1960, Klein réalise une action. Il affirme vouloir faire lui même l’expérience du vide en se lançant du haut d’un muret, ce qui donnera lieu à une image (photomontage) d’Harry Shunk et de John Kender: Saut dans le vide. Yves Klein imprègne lui-même l’espace de sensibilité artistique par l’intermédiaire du bleu, puis du vide.

Découvrez l’horoscope de la semaine

*Sources: www.jesuismort.com / www.yveskleinarchives.org*