« Marie-Antoinette croissant à la cour »

Selon la légende, le croissant proviendrait de Vienne et aurait été introduit, en France, par la reine Marie-Antoinette (archiduchesse d’Autriche, princesse impériale, princesse royale de Hongrie et de Bohême et épouse du roi de France Louis XVI).

On raconte que lors du siège de Vienne par les Turcs, en 1683, les ottomans auraient voulu profiter de l’obscurité de la nuit pour pénétrer les murs de la ville. Seulement, les boulangers viennois qui se préparaient à travailler dès l’aube, s’en aperçurent et sonnèrent l’alarme! Cela permit la victoire des autrichiens sur les ottomans.

marieantoinettekroissantPour célébrer cette victoire des troupes autrichiennes, les boulangers créèrent une petite pâtisserie ressemblant à une petite corne (« Hörnchen ») qui rappelait l’emblème du drapeau turque.

cornes

Une fois établie en France, la reine gourmande, Marie-Antoinette (15), aurait passé la recette de « la petite corne » aux boulangers de Louis XVI et très vite il devint un mets délicat prisé dans la capitale française.

Une autre version de la même histoire existe dans plusieurs pays limitrophes d’Autriche.

Plus concrètement, il faut savoir que le précurseur du croissant est le kipferl introduit à Paris par l’autrichien viennois August Zang qui y ouvrit vers 1839, sa boulangerie de viennoiseries au 92 rue de Richelieu.

Cependant, la recette du croissant, telle qu’on la connaît aujourd’hui, préparée avec du beurre et de la pâte feuilletée, est bel et bien française.

Découvrez la recette du croissant ici.

 

*Sources: « La culture générale pour les nuls »*