Lion comme Charlotte Corday

Charlotte Corday naît le 27 juillet 1768, en France et meurt guillotinée le 17 juillet 1793, à Paris, pour avoir assassiné Jean-Paul Marat, surnommé « L’ami du peuple« . « L’Ami du peuple » ou « Le publiciste parisien » est un journal politique français de la période révolutionnaire, créé et publié par Marat.publicisteparisien

La Révolution française s’étale sur plusieurs années, d’abord contre le système de monarchie absolue (l’absolutisme), ensuite contre la monarchie tout court, au profit d’une république. Dans le groupe des opposants de monarchie absolue, se trouvent des groupes divergents, qui se querellent continuellement, car ils ne partagent pas la même vision de ce que devrait être la Nouvelle France.

Parmi eux, retenons (pour faire bref):
1) Les girondins: Idéologie bourgeoise et décentralisatrice.
2) Les jacobins : Républicains partisans d’une démocratie centralisée.
3) Les montagnards : députés de l’extrême gauche.

Parmi les montagnards, se trouvent beaucoup de jacobins dont Robespierre et Marat. Marat est médecin, journaliste, physicien et homme politique français de la Révolution Française. Ceux-ci agissent avec une extrême violence et se vantent d’orchestrer des massacres à la guillotine, dans tout le pays.

tony-robert-fleuryCharlotte Corday, fille d’une famille noble, fait partie du groupe des girondins (beaucoup plus modéré) et voit en Marat un sanguinaire politicien coupable de la fin du pouvoir de son parti. Elle décide alors de sacrifier sa liberté, en tuant Marat pour, selon ses mots, « sauver la République ».

Charlotte qui a la petite vingtaine, réussit à entrer dans la pièce où Marat est en train de prendre un bain, pour soulager son problème d’eczéma général persistant. Elle prétend détenir des informations primordiales sur un complot visant à le faire assassiner. Alphonse de Lamartine ( l’une des grandes figures du romantisme en France), dans son Histoire des Girondins, imagine la scène: « Une fois entrée dans la pièce, elle tire de son sein un couteau et le plonge, avec force, dans le cœur de Marat.

vignettemaratjean-joseph-weerts-charlotte

Charlotte Corday, protégée contre la foule, est conduite à la prison de l’Abbaye.

On retrouve dans la poche de Charlotte une lettre, dans laquelle elle explique son intention de tuer Marat:

« Jusqu’à quand, ô malheureux Français, vous plairez-vous dans le trouble et dans les divisions ? Assez et trop longtemps des factieux, des scélérats, ont mis l’intérêt de leur ambition à la place de l’intérêt général ; pourquoi, victimes de leur fureur, vous anéantir vous-mêmes, pour établir le désir de leur tyrannie sur les ruines de la France ?

La Montagne triomphe par le crime et l’oppression, quelques monstres abreuvés de notre sang conduisent ses détestables complots et nous mènent au précipice par mille chemins divers.

Ô Français, encore un peu de temps, et il ne restera de vous que le souvenir de votre existence !

Mes parents et mes amis ne doivent point être inquiétés, personne ne savait mes projets.

Je joins mon extrait de baptême à cette adresse, pour montrer ce que peut être la plus faible main conduite par un entier dévouement.

Si je ne réussis pas dans mon entreprise, Français ! Je vous ai montré le chemin, vous connaissez vos ennemis ; levez-vous ! Marchez ! Frappez !»

Le 16 juillet, elle comparait au Tribunal révolutionnaire et est reconnue coupable de l’assassinat de Marat « avec intentions criminelles et préméditées ».

Le tribunal condamne Charlotte à la peine de mort et ordonne qu’elle soit conduite au lieu de l’exécution revêtue de la chemise rouge réservée aux assassins. Le 17 juillet 1793, Mademoiselle Corday, « l’ange de l’assassinat«  est guillotinée, à Paris.

charlotte-corday-craneBien des années plus tard, le crâne de Charlotte fut acquis par la famille Bonaparte. Il se trouverait aujourd’hui chez les descendants du prince Radziwill, une des plus anciennes et des plus riches maisons lituano-polonaises. Quant à son squelette, il repose, depuis 1794, dans les Catacombes de Paris.

Découvrez l’horoscope de la semaine